LE DIMINUALISME
Bonjour mes chers lecteurs, mes Trésors, j’espère que vous allez divinement bien. Je ne suis pas encore une minimaliste , mais je suis devenue une diminualiste ! Il y a deux semaines seulement, je suis rentrée de vacances. J’étais partie en van pendant un mois et demi vers le Portugal. L’une de mes filles vit à Porto, et j’adore aller lui faire un coucou, et ensuite avec mon petit camion découvrir le pays. Lorsque je suis rentrée sur l’au - toroute entre la frontière espagnole et Bordeaux, il y avait une file ininterrompue de camions. J’ai doublé des camions pendant deux heures, je crois. J’ai pensé à Pierre Rabhi, qui vient de nous quitter, à la décroissance. Je me posais la question à combien participais-je à ce trafic ? Je commençais à penser à ma maison normande, à mon retour, le range - ment... En fait, en arrivant, j’étais très décalée. Alors qu’à Porto, je prenais mon petit café et déjeuner sur une terrasse au soleil, dans la même journée je suis partie pour Burgos j’ai fait étape au camping. Le thermomètre affichait zéro degré, donc aussi très froid dans mon petit camion. Puis je suis arrivée en Normandie avec la pluie, le vent. J’ai mis quelques jours à me acclimater. Cela m’a servi de me sentir décalée, en fait cela m’a fait prendre du recul par rapport à ma vie d’ici. Je me suis sentie envahie par tout ce qu’il y a dans la maison, débordée par la charge de travail de vider tout le contenu du camion, puis de ranger, ajoutée à celle de la maison. J’avais envie de louer une énorme benne et de tout y mettre. Les documents, les vêtements, les livres, les obligations, les meubles. Je me suis alors dit : « ma chérie, tu dois faire quelque chose, tu ne peux rentrer chez toi et que cela te soit aussi pesant. » Le premier jour, j’ai commencé à jeter/ recycler tout ce que j’ai pu. Lorsque je tenais quelque chose dans la main, je me demandais si c’était vraiment utile, si cela m’apportait quelque chose de positif; si oui, je classais, je rangeais, sinon merci, bye-bye. Le lendemain, j’ai eu envie de commencer un journal et de noter chaque jour ce dont je m’allégeais. J’ai trié mes bijoux, un petit secré - taire, les choses un peu abimées ou cassées. Pourquoi les garder ? Bonne question. Puis deux jours après, il m’est ap - paru tout naturel de noter ce que je ressentais, parce que c’était comme une évidence que c’était tout aussi important que ce dont je me débarrassais, et étroitement lié. J’ai noté ce qui était facile à jeter : vieux papiers, notes qui traînent dans la chambre, revues pour les relire après. Oui, mais c’est quand après ? Même chose pour le courrier. Si c’est depuis 6 mois, peut-être cela m’intéresse-t-il, mais je n’ai pas assez de temps pour lire tout. Je dois faire des choix. Puis un matin, en ouvrant mon ordinateur, en regardant mes mails : « ai-je besoin de recevoir toutes ces newsletters ? » J’ai décidé de me désinscrire de chaque liste qui n’avait pas ou plus d’intérêt immédiat. J’ai senti que j’avais plus de pep. J’avais envie d’être plus active, ou plus choisissant de mon activité. J’ai commencé à me sentir très bien en moi- même. J’avais envie d’être plus élégante. J’étais partie à la fin de l’été et je revenais fin novembre. Il y avait un change - ment de saison notoire. Je regardais ma garde-robe avec du recul. Ai-je besoin d’acheter de nouvelles tenues ? Est-ce que j’aime vraiment celles que j’ai. Au mois de septembre déjà, je m’étais allégée de quelques grands sacs-poubelle de vêtements. Depuis mon retour, mes tenues me rendent heureuse. Simples, mais du bonheur à être habillée comme ça. Puis, je me suis sentie plus confiante en moi. De nouveaux projets avaient envie de naître en moi. J’étais plus centrée, mieux à l’intérieur, plus connectée. J’ai accentué mes méditations, plus régulièrement aussi par rapport aux vacances. Un jour suivant, c’était de diminuer les pensées négatives, les critiques, les jugements. Puis analyser les relations sym - pas, très sympas, toxiques, ou qui n’apportent rien. J'ai aussi fait du tri. Wahoo ! Encore plus de bien-être et de légèreté ! J’ai aussi trouvé le temps de suivre partiellement un colloque américain. Tout ceci s’est passé dans un processus vertueux de bien-être, de bonheur, de confiance en moi, de maison mieux rangée, de projets plus clairs, de direction plus facile à prendre...Tout cela en deux semaines! C’est incroyable. Je suis à la fois heureuse et contente de moi. Avez-vous envie de faire la même chose ? Prenez un agenda dédié à votre diminualisme et chaque jour notez ce dont vous vous débarrassez, ainsi que les changements énergétiques, émotionnels, comportementaux. Je trouve la corréla - tion impressionnante. Il est important de commencer par petits bouts. Il y a trois ans, j’avais commencé à m’inspirer de la méthode Marie Kondo pour savoir si je garde un objet ou pas et comment ranger mes tiroirs. Ça a duré sur le temps depuis trois années. À ce retour de vacances, j’ai senti que j’avais envie d’autre chose. Cela m’a secouée de penser d’envisager tout benner de la maison. Voulais-je me benner avec les objets et les meubles ? En fait, non ! Ouf ! C’était plutôt une grande envie de me retrouver, moi, cette femme merveilleuse, mais envahie par trop de tout. Une nouvelle petite étape de retour de vacances. Souvent, c’est à la rentrée ou à la nouvelle année. Ça tombe bien, car c’est d’ici quelques jours. Et si vous vous y mettiez-vous aussi ? J’appelle mon action du diminualisme. J’ai lu en novembre les 50 premières pages du livre de Fumio Sasaki, Good bye things. Il s’agit de minimalisme. Je n’en suis pas du tout, et ça ne me tente pas Même si j’aime les endroits sereins, propres, rangés, je ne sens pas que cela me convienne. Comment pourrais-je me défaire de tout ou presque ? Pourtant je sais, maintenant je le sens, je l’ai expérimenté : moins nous avons d'objets, moins ils pèsent sur nous. Plus nous nous sentons légers/légères. Ma plus grande difficulté est : « ah oui, mais ça peut servir ». Alors, je me demande à quoi cela correspond. Servir à qui ? À moi, à ma famille, à mes amis ? Est-ce un héritage des parents ou grands -parents ayant vécu la guerre ? Peur de manquer d’argent s’il faut le ra - cheter. As-tu souvent manqué d’argent ? Au contraire, en achetant moins, on a plus d’argent. Suis-je radine ? Cela vaut peut-être le coup de noter à nouveau ce que j’achète, et de comparer. Est-ce que j’achète moins, pareil, plus ....? Avant de passer à la caisse, ou quand je prends un objet en main dans un magasin : « OK, c’est tentant, en ai-je vraiment be - soin ? vais-je le ranger ? Que cela va-t-il remplacer, quelle chose dont je pourrais me débarrasser ? ». Chaque objet a un coût. Un coût financier c’est certain, mais je découvre que chaque objet a aussi, voire surtout, un coût émotionnel, un coût en temps, un coût en stress. Quand mon regard se pose sur quelque chose, j’ai un ressenti. Il peut être du plaisir, de la joie, une charge, du stress. A chaque fois, je peux choisir. J’ai 30 tuniques pour l’été. En ai-je besoin d’au - tant ? En hiver, je vais certainement plus facilement me débarrasser des vêtements d’été. C’est le moment, profitons- en. Je comprends mieux ma fille qui préfère le beau à la quantité, et qui m’incite toujours à évacuer. En fait, le beau se reflète comme dans un miroir dans notre être, tout comme la propreté, l’atmosphère zen. Si j’entre dans une pièce sur - chargée, il n’y a pas loin à ce que je me sente surchargée. Ce sont deux semaines de premiers pas, mais je vais contin - uer, c’est sûr. Une telle transformation en deux semaines ! VIVE LE DIMINUALISME ! Marion-Catherine Grall By Marion-Catherine Grall Février2022. Tags: Être diminualiste, Marion-Catherine Grall
A propos
Je suis une coach spirituelle, «a soul listener». Depuis 30 ans, je fais des recherches en matière de développement personnel et spirituel. Je dédie ma vie à l’accompagnement de personnes en souffrance ou en recherche. J’aime apporter ma contribution à faire de ce monde un meilleur endroit, avec de plus belles relations, plus de respect et de bienveillance. Pour une question, pour une idée, ou juste pour m'écrire un mail, cliquez sur le logo ci-dessous:
Les derniers articles
Loi d’attraction  – Prière Quantique – Prière Chamanique NOVEMBRE 2021 Oser la vulnérabilité  La vulnérabilité nous permet  notre véritable puissance. OCTOBRE 2021 Lâchez vos croyances  et vous serez libre !  SEPTEMBRE 2021 INITIATION DE RÉCONCILIATION  ET DE GUÉRISON  AOUT 2021 Et si nous étions plus accompagnées que ce que  nous croyons JUILLET 2021 CÉRÉMONIE DE GUÉRISON  DE LA DANSE DE L’OURS  JUIN 2021 LE MIRACLE DU NOUVEAU  MONDE : C’EST MAINTENANT  MAI 2021 MARCHER DANS LA BEAUTÉ  Quelle chance  ce rendez-vous mensuel, AVRIL 2021 L’AMOUR DE SOI  Sans lui, il n’y a pas de véritable  chemin spirituel possible. MARS 2021 Médecine de Femme Bison Blanc   FEVRIER 2021 Le courage d’être Soi S’explorer c’est se donner la chance immense de se connaître, de faire  évoluer sa conscience, de  ressentir notre appartenance  au Grand Tout, à l’Humanité, DECEMBRE 2020 Guérison de l’Ours  L’énergie pénètre, celle de la terre,  des animaux, des Amérindiens qui  se retrouvent pour célébrer leurs  rituels, remercier la mère Terre NOVEMBRE 2020 Ensemble, créons le nouveau  monde. Depuis longtemps, nous espérons un changement, une transformation de notre société,  voire une révolution. JANVIER 2021 La Beauté (prière Navajo)    JANVIER 2022 Situation Anxiogène Pourquoi cette période semble-t-elle si critique  FEVRIER 2022 Être diminualiste   DECEMBRE 2021 Anxiogène vers la Sèrinité que choisir ?  MARS 2022 Faire le deuil d’une façon de vivre « d’avant » pour retrouver la paix intérieure AVRIL 2022 La Cérémonie de connexion aux Ancêtres. Ma vie m’a  conduite sur le chemin  des Amérindiens. OCTOBRE 2020 Notre meilleur guide : nos ÉMOTIONS   mai 25nd, 2022 Vivre avec les référencesde nos de notre passé Juin 25nd, 2022 Tourner la page Juillet Août 2022

